Retour de mission !

PREMIERES IMPRESSIONS d'ISABELLE… 
La mission, j'ai déjà un peu fait. Mais faire sur les arrêts de tram, sur le campus avec un journal à distribuer, et sonner de porte à porte avec les mains vides, c¹est totalement différent. Plus humble et plus décapant aussi. On est 2 seulement, les autres sont hors de vue, on sonne directement chez les gens, les dérangeant si bien chez eux, et on ne peut pas se réfugier derrière des tracts à soi-disant distribuer, il faut se lancer directement à l¹eau. Décapant donc. Mais beau, car plus que jamais on sent que le geste est fait gratuitement (on a rien à donner !) et pour lui même, véritablement centré sur l¹écoute et l¹échange. Plus dur aussi, physiquement (40°C samedi), et surtout moralement. Car combien de fois on s¹est fait plus ou moins jetés ? Mais là, à chaque fois la question se repose mentalement : qu¹aurais-je fait à leur place, quel accueil aurions-nous reçu en sonnant dans ma famille ? Mais la question ne se pose pas sur l¹utilité de cette démarche : rien que pour les quelques beaux échanges, pour les quelques personnes touchées voire bouleversées par notre présence, ça vaut le coup. Une mission vraiment vécue en Eglise, tout d¹abord grâce à la participation (par la prière ou le temps donné) des paroissiens et religieux du diocèse, en particulier de la paroisse de Saint Joseph ; mais aussi par nous 6, avec une prière, 1 vie communautaire pendant ces quelques jours. Et ça, ça porte énormément. La mission, ça fait mûrir : ça nous oblige à aller vers les autres, sans carapace, ni filet ; on prend le risque de remettre en question notre propre relation aux autres ; on se met au-devant des oppositions au niveau de la foi et de notre relation à Dieu, nous obligeant à faire le point sur nous-mêmes. Mais malgré les difficultés, les réticences peut-être quelquefois, c¹est magnifique. Et puis, c¹est Jésus lui-même qui a demandé de faire ça, et même ordonné. Ses dernières volontés sur notre Terre, au moment de l¹Ascension. On ne peut donc pas les ignorer.
A très bientôt, Isabelle DESPEYROUX

 (Agen)

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *