Parole des papes

PAUL VI, le 8 décembre 1975 écrivait :

"Evangéliser est en effet la grâce et la vocation propre de l'Eglise, son identité la plus profonde.

(…) Le monde qui, paradoxalement, malgré d'innombrables signes de refus de Dieu, le cherche cependant par des chemins inattendus et en ressent douloureusement le besoin, le monde réclame des évangélisateurs qui lui parlent d'un Dieu qu'ils connaissent et fréquentent comme s'ils voyaient l'invisible. Le monde réclame et attend de nous simplicité de vie, esprit de prière, charité envers tous, spécialement envers les petits et les pauvres, obéissance et humilité, détachement de nous-mêmes et renoncement. Sans cette marque de sainteté, notre parole fera difficilement son chemin dans le coeur de l'homme de ce temps." (Evangelii nuntiandi)

JEAN-PAUL II affirmait dans sa première lettre encyclique de 1979:

"L'homme, dans la pleine vérité de son existence, de son être personnel et en même temps de son être communautaire et social -dans le cercle de sa famille, à l'intérieur de sociétés et de contextes très divers, dans le cadre de sa nation ou de son peuple, même dans le cadre de toute l'humanité-, cet homme est la première route que l'Eglise doit parcourir pour accomplir sa mission : il est la première route et la route fondamentale de l'Eglise, route tracée par le Christ lui-même."

(Redemptor hominis)

BENOIT XVI poursuit :

"L’annonce de l’Evangile reste le premier service que l’Eglise doit à l’humanité, pour offrir le salut du Christ à l’homme de notre temps, sous tant de formes humilié et opprimé, et pour orienter dans le sens chrétien les transformations culturelles, sociales, et éthiques, qui sont en acte dans le monde.

(Benoît XVI, 7 octobre 2007, prière de l’Angelus)

PAPE FRANCOIS :

"Sortons, sortons pour offrir à tous la vie de Jésus Christ. Je répète ici pour toute l'Eglise ce que j'ai dit de nombreuses fois aux prêtres et laïcs de Buenos Aires : je préfère une Eglise accidentée, blessée et sale pour être sortie par les chemins, plutôt qu'une Eglise malade de la fermeture et du confort de s'accrocher aux sécurités…"Donnez leur vous-mêmes à manger"."

(Exhortation apostolique La Joie de l'Evangile, 24 novembre 2013)

 

Share